Forum des Amis du Sangria et de l'Aquila

ESSAI OCEOPROTECT

Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty Re: ESSAI OCEOPROTECT

Message par EVASION le Lun 20 Mai - 21:09

ET ENCORE UN DOC ........  MAIS AVEC UN TÉMOIGNAGE!    UNE VIDÉO PEUT ÊTRE? NON?

EVASION

Messages : 95
Date d'inscription : 02/09/2018
Age : 54
Localisation : mediterrannee

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty corrosion et protection

Message par Invité le Dim 19 Mai - 0:03

Bonsoir,
J'ai le témoignage d'un propriétaire d'un ketch Westerly 33 qui me rapporte que le constructeur livrait ses bateaux et préconisait pour seul traitement de la quille en fonte : MINIUM au plomb et antifooling ... (Je lui ai demandé s'il pourrait me fournir la doc technique de l'époque qui l'atteste) à suivre ...
Ce propriétaire témoigne aussi que sa quille est impeccable après une quarantaine d'années.

Alors le minium au plomb a disparu, mais Owatrol  avance que son RUSTOL CIP est le successeur du minium.

Je vais donc tester le procédé sur la dérive pivotante de mon Start 6  .... ôter rouille friable et pulvérulente, 2 couches rustol cip, 2 couches pâte de zinc 95/5 (orange marine), 
Je réfléchi à une couche de primaire epoxy pour l'interface avec l'anti-fooling;

Petite remarque ... je pense que le cuivre de ton antifooling; s'il est au contact de la fonte ; pourrait faire des ravages puisqu'il se comportera telle une cathode.
Ce serait alors la fonte qui se comporterait telle une anode (se reporter à la vive discussion sur le sujet avec Evasion) ...

Les fournisseurs d"ingrédients pour la réparation des carrosseries auto continuent encore à sévir en vendant des peintures aérosol au cuivre pour protéger les 
interfaces des tôles à souder ... et il s"émerveillent de constater que plusieurs années plus tard, les interfaces cuivrées sont comme neuves, éclatantes ...
Tu as compris, c'est l'acier qui se sacrifie dans ce cas la.
Se reporter au tableau des potentiels électriques des métaux / alu/étain/magnésium/ .... tiens donc, les 3 métaux de nos anodes selon eau douce, salée, ou saumâtre.
Surement pas de cuivre au contact de la fonte ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty Re: ESSAI OCEOPROTECT

Message par Alain le Sam 18 Mai - 22:47

Merci pour ta réponse Minimax,
Je vais la conserver précieusement pour la prochaine sortie du bateau qui aura lieu ...?
En effet le fait d'utiliser un produit antifouling longue durée change complètement la donne.

Au lieu de faire des sorties de l'eau "express" tous les ans, je peux faire une mise en chantier plus longue tous les 4-5 ans par exemple, pendant laquelle je peux faire des travaux plus importants. L'idéal étant de faire ces sorties pendant les périodes "gratuites" proposées par les capitaineries (chez nous c'est sortir le bateau au moins 3 semaines pendant la haute saison).
Donc à cette occasion j'essayerai de trouver une solution pour la corrosion du lest.
Ce sera peut-être ta solution ?
Dans mon cas, j'ai utilisé l'époxy parce que je ne voyais pas quoi faire d'autre. Pour le voile de quille,  j'aurais pu m'en passer. Par contre pour le bulbe... La fonte avait un état de surface  déplorable, avec des crevasses, des bosses... Je ne pouvais pas seulement meuler pour retrouver un lest convenable, à cause des crevasses, j'aurais fini par ne plus avoir de bulbe !
L'époxy m'a permis de boucher les trous et de redonner un état de surface correct au bulbe. Il a permis aussi d'avoir un bon support pour l'accrochage du primaire du Coppercoat.
Effectivement, j'ai peur qu'au fil des années la corrosion qui se développe dans la fonte pousse sur l'époxy et finisse par le décoller...
Donc appliquer ta solution localement... pourquoi pas.
Pour les cadènes rentrées, je réfléchis toujours, je ne suis pas pressé (mon gréement dormant n'a que 8 ans).
J'aimerai avoir une réflexion globale sur le gréement du Sangria. Par exemple l'autre jour nous avons démâté un autre Sangria et j'ai été surpris par le poids élevé du mat. Je m’étais fait la même remarque en changeant ma bôme, incroyable la différence de poids entre les deux générations de bôme... Je suppose que les moments d'inertie ont évolué aussi ?
Ce qui serait vraiment intéressant, ce serait qu'une personne qui aurait des connaissances assez pointues sur les calculs de mat, de gréement, etc... anime un atelier de Sangriaquilamis pour nous expliquer tout cela. Je lance un appel !

Alain

Messages : 104
Date d'inscription : 03/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty anti fooling et rouille

Message par Invité le Sam 18 Mai - 6:51

Bonjour,
Effectivement, le résultat est à ce jour probant ... il sera intéressant de suivre le degrés de protection pour les 2 ou 3 prochaines années.
J'ai vu en vidéo l'application du produit par des pro , (projection au pistolet dans une cabine par un binôme) ... je ne pense pas que le
résultat soit le même selon projection (sèche au pistolet) telle que je l'ai vu, ou au rouleau (placement des pigments sur ou dans le film forcément 
différents.). A voir, c'est le résultat qui compte.

Pour la rouille sur ta quille. Je livre pour info une méthode facile et peu onéreuse qui enrichie un peu moins nos fournisseurs.
- Enlever le rouille friable
-Lécher sécher la fonte (autant qu'il est possible)
- brosser la rouille pulvérulente
- Dégraissage
- Application au pinceau RUSTOL CIP (cip impératif) 1 à 2 couches. Respecter temps de séchage.
- Application au pinceau pâte de Zinc (95% zinc + 5% epoxy monocomposant) 1 à 2 couches Respect temps de séchage.

Application primaire époxy si ça vous chante ... (pas utile à mon avis) puisque ...
Réfection locale du traitement antifooling qui est en soi à base de résine (accrocheuse) époxy.

Voilà, ma méthode après avoir tant vu de quilles partir en lambeaux après un traitement curatif onéreux et finalement inefficace.
On travaille dehors, sans maîtriser les conditions tel qu'on pourrait le faire dans un atelier équipé. (froid, hygrométrie);

Ma devise donc : Produits faciles d'emploi, et adaptés aux conditions rencontrées sur nos aires de carénages ou de parcage ..

Sinon, où en est ton projet de rentrer les cadènes ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty BILAN COPPERCOAT APRES 22 MOIS

Message par Alain le Jeu 16 Mai - 20:43

- Petit nettoyage de la coque réalisée aujourd'hui avec une brosse et un seau d'eau. Une couche grasse à enlever mais c'est tout: aucun coquillage, moule, etc......
Avec un karcher elle partirait tout de suite...
Donc bilan positif pour l'instant du COPPERCOAT après 22mois.
Photo du haut: avant brossage, photo du bas: après brossage.
Seul problème, mais qui n'a rien à voir avec le COPPERCOAT: des taches de corrosion apparaissent déjà sur le lest...

ESSAI OCEOPROTECT Copper10

ESSAI OCEOPROTECT Copper11

Alain

Messages : 104
Date d'inscription : 03/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty Re: ESSAI OCEOPROTECT

Message par EVASION le Jeu 13 Sep - 8:41

merci alain pour cette information
je vais tout de meme contacterle vendeur pour avoir l info car je trouve ce produit interessant et certainement plus efficasse qu un antifouling classique
merci et a bientot

EVASION

Messages : 95
Date d'inscription : 02/09/2018
Age : 54
Localisation : mediterrannee

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty RECTIFICATION: COPPERCOAT

Message par Alain le Mer 12 Sep - 21:33

Je me suis trompé de produit ! C'est du COPPERCOAT que j'ai appliqué sur REMEMBER !
A priori je ne vois aucune raison qui empecherait de mettre le bateau 6 mois au sec tous les ans.
Tu peux appeler le chantier des Venetes si tu veux des infos, c'est là que j'ai acheté le produit, ils ne sont pas avares d'infos.
Tel: 09 74 53 34 26, info@venetes.fr

Alain

Alain

Messages : 104
Date d'inscription : 03/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty Re: ESSAI OCEOPROTECT

Message par EVASION le Mer 12 Sep - 21:22

merci alain pour ce retour d experience sur ce produit
savez vous si ce produit applique est operationnel pour un navire 6 mois terre 6 mois en eau?
Supporte t il une perriode hors d eau
merci pour cette information et bonne continuation
bonne nav cheers

EVASION

Messages : 95
Date d'inscription : 02/09/2018
Age : 54
Localisation : mediterrannee

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty ESSAI OCEOPROTECT

Message par Alain le Mar 11 Sep - 22:10

Bonjour à tous,

Depuis 14 mois mon Sangria est à l'eau sans antifouling, remplacé par une protection à base de cuivre et de résine époxy vendue par la société OCEOPROTECT.
Je ne vais pas vous expliquer ici la mise en oeuvre (très bien expliquer sur leur site internet), juste vous donner mon retour d'expérience:
- Avant de passer commande, calculer le plus précisément possible la quantité dont vous avez besoin. Les formules données sur le site Oceoprotect donnent des quantités un peu trop importante pour le Sangria. De plus, le produit ne peut pas se conserver plusieurs années.
- pour la mise en oeuvre il faut avoir du temps pour gratter la coque jusqu'au gelcoat, faire les réparations à l'epoxy, poncer, etc... Mais c'est l'occasion parfaite pour redonner un coup de jeune à sa coque et à sa quille.
Sur REMEMBER j'en ai profité pour enduire le lest à la résine époxy.
- L'application doit être rigoureusement réalisée; c'est un produit bicomposant. Si on applique trop longtemps le produit préparé, celui ci n'adhère plus à la coque. L'application au rouleau n'est pas toujours facile. Par exemple, sous la quille j'ai une petite zone ou le rouleau "glissait". Un an après, j'ai des moules juste dans cette zone.
- OCEOPROTECT préconise de nettoyer la coque une à deux fois par an car un film gras se dépose sous la coque. Je confirme, c'est indispensable.
Mais cette couche s'enlève extrêmement facilement avec une brosse souple dans l'eau de mer, et elle n'est pas toxique (dixit OCEOPROTECT).
Et l'efficacité ?
Pour l'instant aucune trace de coquillages, algues, etc (sauf les quelques moules citées + haut). Mais c'est évidemment à confirmer encore plusieurs années...OCEOPROTECT parle d'au moins 10 ans.
Le coût: comparer au coût de l'antifouling + les sorties et mises à l'eau, dans mon cas l'investissement devrait être récupéré au bout de cinq ans.
Et de plus, on ne pollue plus avec l'antifouling !

ESSAI OCEOPROTECT Oczoop10
L'OCEOPROTECT vient d'être appliqué...La zone de moules, c'est au niveau d'une des cales sous le lest.

Et 14 mois après, une couche très facile à enlever (surtout lorsque la coque est dans l'eau)
ESSAI OCEOPROTECT Img_0012
ESSAI OCEOPROTECT Img_0011
 La preuve !

Alain GUERIN
Sangria REMEMBER

Alain

Messages : 104
Date d'inscription : 03/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESSAI OCEOPROTECT Empty Re: ESSAI OCEOPROTECT

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum